Quelques informations essentielles pour mieux comprendre 

Ne confiez votre électricité qu'à un électricien professionnel !

La norme française NF C15-100 règlemente les installations électriques en basse tension (inférieures à 1000 volts) en France. Elle porte plus précisément sur la protection de l'installation électrique et des personnes, ainsi que sur le confort de gestion, d'usage et l'évolutivité de l'installation. Elle traite de la conception, de la réalisation, de la vérification et de l'entretien des installations électriques. Elle est régulièrement remise à jour pour prendre en compte les évolutions des technologies et techniques ainsi que des évolutions en matière de sécurité des installations en question. La dernière version date de 2002. Son domaine d'application est très large  : « bâtiments à usage d'habitation ; bâtiments à usage commercial ; établissements recevant du public ; établissements industriels, etc.

 

 

Le tableau électrique est composé de 3 éléments essentiels, le compteur EDF, le Disjoncteur principal ou coupure principale, et le tableau d'abonné ou tableau de répartition .

Le compteur EDF est mis en place et géré par EDF, seul EDF ou un prestataire agréé est habilité à intervenir sur le compteur, pour le changer, le déplacer ou le réparer.

Le disjoncteur principal est également mis en place par EDF

et sert à calibrer la puissance souscrite et à protéger l'installation

électrique amont (le réseau EDF). Egalement, seul EDF est habilité

à intervenir dessus.

Le tableau d'abonné (à gauche sur la photo) est le panneau sur

lequel apparaissent l'ensemble des protections des circuits électriques

privés. Il est sous la responsabilité de chaque propriétaire, ainsi que

l'ensemble des circuits électriques qu'il commande.

La prise de Terre est le raccordement effectif d'un fil spécifique

(le fil de terre, toujours Jaune et Vert), à un piquet métallique qui est enfoncé profondément dans la Terre. Le fil de Terre est donc au sens propre une connexion directe avec le sous-sol, la Terre.

 

La définition légale française est : « Terre : masse conductrice de la terre, dont le

potentiel électrique en chaque point est considéré comme égal à zéro. ».

Cette définition repose sur l'hypothèse, que la terre est parfaitement conductrice et que son

potentiel est le même en tout point. Ceci peut être contredit ponctuellement, par exemple pendant le temps d'un choc de foudre en un point précis ; pendant cette période, certes très courte, le potentiel du sol n'est plus homogène et localement il n'est pas au potentiel moyen du globe. Il s'agit donc d'une convention, mais, fondamentalement, on aurait peine à obtenir une meilleure référence pour « zéro volt » et le sol suffit donc au quotidien. De plus, ce qui importe pour la sécurité n'est pas tant le potentiel dans l'absolu mais l’équipotentialité.

En pratique, aucun conducteur n'étant parfait, le potentiel d'un conducteur de mise à la terre, généralement nommé fil de terre, ne sera pas nécessairement nul mais, sauf problème d'installation, ce potentiel devrait être suffisamment faible pour ne pas être dangereux.

Il convient de n'avoir qu'un seul puits de terre par site et de s'assurer que toutes les liaisons de terre soient interconnectées pour assurer l'équipotentialité.

L'interrupteur différentiel (ID) est un dispositif de protection qui, associé au réseau de terre d'une installation, protégera ses usagers de chocs électriques par défaut d'isolement. 


Un défaut d'isolement se caractérise par la mise sous tension accidentelle de parties métalliques d'un appareil électrique. L'exemple le plus couramment repris est celui d'un lave-linge au sein duquel un conducteur entrerait en contact avec une masse métallique (moteur, carcasse de l'appareil, etc.).


Le réseau de terre, allant de la prise de terre de l'installation jusqu'aux appareils, à pour rôle d'évacuer de telles fuites de courant lorsqu'elles se présentent, et celui de l'interrupteur différentiel est de les détecter et d'interrompre d'alimentation électrique des appareils en défaut.

 

Un fil abimé par les vibrations ou une fuite d'eau dans un lave-linge va provoquer un défaut d'isolement. Les masses métalliques sont reliées entre elles dans l'appareil. Le courant va pouvoir s'échapper par le conducteur de protection (vert/jaune), remonter jusqu'au bornier de terre du tableau pour ensuite redescendre jusqu'à la prise de terre de l'installation.

Le courant manquant dans l'un des conducteurs actifs va créer un déséquilibre dans l'interrupteur différentiel, qui passé son seuil de déclenchement (entre 15 et 30mA) va provoquer l'ouverture des contacts et ainsi interrompre l'alimentation.

 

Tous les circuits de l'installation doivent être protégés par un ou plusieurs dispositifs différentiels à courant résiduel assigné au plus égal à 30 mA (DDR).
Ces dispositifs doivent être placés à l’origine de tous les circuits.